Définition

La Finance Islamique est une finance éthique, responsable et non-spéculative. Elle s’adresse à tous ceux qui souhaitent investir, épargner, prêter ou emprunter de manière éthique et conforme au code moral de la finance islamique.

L'Islam ne s'oppose pas mais, au contraire, encourage le profit comme le revenu d'un effort d'entreprise et d'un capital investi. Seules les légitimations de l'argent comme un capital et la justification de l'intérêt comme un avantage pour le simple fait de s'être abstenu de consommer sont rejetées. La majorité des transactions (la vente et l'achat) sont permises en Islam, les interdictions n'étant que des exceptions. Les cinq principes majeurs de la finance islamique sont l’interdiction de l’intérêt ou de l’usure (Riba) et des comportements spéculatifs et excessivement incertains (Gharar et Maysir), la prohibition des secteurs économiques réputés impurs tels que l’alcool, les jeux d’argent, le tabac, la drogue, la pornographie, etc. l’obligation de partager les profits ou les pertes entre tous les associés (entrepreneurs et financeurs) et l’obligation d’adosser toute transaction financière à un actif tangible.